25 mars 2015

Les Poèmes de Petite Fée, de Mariel Sigogneau

Lorsque la vie vous écorche, vous blesse avec ses échardes qui s’enfoncent bien profondément dans votre chair, il faut savoir trouver le moyen, non de les retirer car souvent c’est impossible, mais d’anesthésier la douleur infligée, afin qu’elle ne vous écrase pas. La littérature, les mots sont pour beaucoup d’excellents remèdes aux maux. Pour Mariel Sigogneau, cela ne fait aucun doute : elle avait une « vie qui s’est arrêtée subitement en octobre 2006 », comme on peut le lire dans le texte introductif à son recueil... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 18:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 septembre 2014

Le 13 septembre, je lis... "Mon coeur, ma plume et ma muse s'amusent", de Pierre Ntsemou

On le déplore tous : la poésie est de nos jours le parent pauvre de la littérature. Pour s'en convaincre, il suffit de faire un sondage auprès des éditeurs : demandez-leur combien de recueils de poèmes ils publient par an. Pour eux, c'est un pari risqué, "la poésie ne se vend pas bien" ou "ne se vend pas" tout court. Demandez aux bibliothécaires combien de recueils de poésie sont empruntés par les lecteurs : en dehors des grands poètes qui ont marqué l'histoire littéraire et qui sont étudiés partout, comme les Baudelaire ou les Hugo,... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2014

Stèles du point du jour, de Gabriel Mwènè Okoundji

Stèles du point du jour est le onzième livre de Gabriel Mwènè Okoundji et le premier que je lis de lui. Ce recueil, qui semble prolonger les précédents, livre une poésie qui se veut héritière de la sagesse ancestrale, une poésie qui renseigne sur la nourriture spirituelle qui a fait de l’auteur l’homme qu’il est devenu. Cet homme, comme l’oiseau évoqué dans le texte introductif au recueil, est « tenu par la nécessité impérieuse d’interroger  le silence de l’univers. Par son cri, par son chant, il cherche à être en harmonie... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 14:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 juillet 2014

J'étais nu pour le premier baiser de ma mère, de Tchicaya U Tam'si

Les admirateurs de Tchicaya U Tam'si, ainsi que tous ceux qui étaient curieux de le lire, ne pourront plus se plaindre de l'indisponibilité de ses œuvres. En effet c'était incompréhensible, pour les lecteurs, inadmissible que les livres d'un auteur au rayonnement international comme Tchicaya U Tam'si ne soient pas réédités, ne puissent être lus autrement qu'en les empruntant à une bibliothèque suffisamment riche et diversifiée pour proposer du Tchicaya U Tam'si. Grâce au travail de Boniface Mongo Mboussa, cette aberration, cette... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 03:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mars 2014

Bakento, de Liss Kihindou

BAKENTO   (Femmes)   « Mama, nsatou ! »   (Maman, j’ai faim) « Maman, bobo ! »    « Maman !... Caca. »   « Ka bia yirieti ko ô ? »    (C’est pas prêt encore ?) « Ku lembia ko ô ? »      (Tu n’as pas cuisiné ?)  « Kutiseti mwana wo ko ! »    (Fais taire cet enfant, bon sang ! ) «  Mais fais quelque chose, bon sang,... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 16:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2014

Splendeur cachée, d'Alima Madina

Splendeur cachée, tel est le titre du recueil de poésie de la Congolaise Alima Madina, qui vient par cette œuvre enrichir le cercle des auteurs du Congo Brazzaville en général, de celui des poètes en particulier.  La volonté d’appartenir à la famille d’élus que constituent les poètes est bien affirmée dès le début du recueil, qui commence par des citations de poètes, et pas des moindres : Alfred de Musset, Aimé Césaire, Birago Diop et Jean-Baptiste Tati-Loutard. Mais ces citations mettent aussi en lumière la tonalité... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 00:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2014

L'identité et la raison d'être, de Berthrand Nguyen Matoko

Il est vain de demander à Berthrand Nguyen Matoko s’il se sent plus Congolais que Vietnamien ou si c’est l’inverse. Peut-on demander à un métis de se diviser en deux ? Peut-on lui demander de choisir ? Né de père congolais et de mère vietnamienne, Berthrand Nguyen Matoko, comme l’illustre son nom, se sent pleinement congolais et pleinement vietnamien, et il revendique cette identité métisse, ayant à cœur de ne pas sembler privilégier l’un des héritages par rapport à l’autre.       C’est ce qui ressort en... [Lire la suite]
Posté par Kihindou à 23:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :